Fb
Tw
in
Fermer

Joignez-vous

C’est aussi une priorité pour vous? Joignez votre voix à celles des nombreux patients et des médecins qui les soignent, qui se font entendre à la grandeur du pays. Devenez Santénelles de l’AMC dès aujourd’hui. Ensemble, nous pouvons refaire de la santé une priorité nationale.

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

L’AMC et ses filiales attachent de l’importance votre vie privée.

Nous promettons de ne jamais partager vos renseignements sans votre consentement exprès et de ne jamais vendre ou distribuer des données à des tiers. En vous inscrivant à titre de sympathisants à notre communauté, vous ne recevrez qu’un nombre limité de mises à jour ou de messages textes au sujet de cette campagne et des enjeux des soins de santé. Vous pouvez vous retirer de la liste des envois de mises à jour par courriel en tout temps.

Janvier est le Mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer

« Maladie d’Alzheimer » : entendus dans un bureau de médecin, ces deux mots sont parmi ceux qui nous effraient le plus.

Comme pour de nombreuses choses qui nous terrifient, la maladie d’Alzheimer ne fait pas exception, car elle n’est pas bien comprise. Habités par la peur, nous imaginons tout de suite l’aboutissement du pire des scénarios : perte de la personnalité, détérioration grave des facultés cognitives et incapacité physique.

S’il est vrai que la maladie d’Alzheimer est fatale et qu’elle finira par affecter tous les aspects de la vie de la personne atteinte, le Mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer nous rappelle l’importance de comprendre qu’elle affecte chaque personne de façon différente. Au début de la maladie, dont les premiers signes apparaissent rarement avant l’âge de 65 ans, il est difficile de prédire quels symptômes la personne développera, l’ordre dans lequel ils se présenteront et la vitesse de leur évolution. La Société Alzheimer du Canada s’est donné pour mission de mettre l’accent sur la nature très individuelle de la maladie. Son message : chaque cas est unique - de même que l’expérience vécue par les proches du patient - que la personne soit atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre forme de démence. 

Identifiée en 1906, à Munich, par le Docteur Alois Alzheimer, cette maladie se caractérise par le dépôt de la protéine bêta-amyloïde dans le cerveau et par la formation anormale de petits amas de la protéine tau. Les deux processus entraînent la mort des cellules et le rétrécissement de l’ensemble des tissus cérébraux.

On estime que plus de 500 000 Canadiens et Canadiennes vivent déjà avec la maladie d’Alzheimer ou avec une autre forme de démence, dont environ 25 000 personnes âgées de moins de 65 ans. D’ici 2031, le nombre total de personnes atteintes de cette maladie au Canada devrait grimper à 937 000.

Bien qu’il ne soit pas considéré comme un aspect du vieillissement normal, l’âge représente le facteur de risque le plus connu de la maladie d’Alzheimer. Après 65 ans, le risque de développer la maladie double environ tous les cinq ans. Plus vous vieillissez, plus le risque est élevé : au Canada, une personne sur 20 âgée de plus de 65 ans et une sur quatre âgée de 85 ans et plus sont atteintes de la maladie de l’Alzheimer. Il a été solidement établi que le vieillissement peut altérer les mécanismes d’autoréparation naturelle de l’organisme, dont les mécanismes cérébraux. Bon nombre des facteurs de risque cardiovasculaires associés à la maladie l’Alzheimer augmentent aussi avec l’âge, par exemple, l’hypertension artérielle, les cardiopathies et l’hypercholestérolémie.

D’autres facteurs modifiables associés à la maladie d’Alzheimer comprennent le diabète, l’obésité, le tabagisme, la dépression, l’inactivité cognitive ou le faible niveau d’instruction, et l’inactivité physique.

Des facteurs non modifiables peuvent comprendre notamment des causes génétiques rares reliées aux gènes PS1, PS2 et APP ; des problèmes médicaux, dont la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, la néphropathie chronique et le VIH ; et éventuellement le sexe.

Il existe plusieurs médicaments qui peuvent aider à atténuer les symptômes comme le déclin de la mémoire et les changements au niveau des aptitudes linguistiques, cognitives et motrices. Bien qu’il n’existe toujours pas de traitement pour la maladie d’Alzheimer, les personnes qui réagissent bien à ces médicaments peuvent constater une amélioration de leur qualité de vie, et ce, pendant plusieurs années.

Tout comme il est important de réaliser que la maladie d’Alzheimer ne s’inscrit pas dans le processus de vieillissement normal, il est tout aussi essentiel de reconnaître qu’il est possible de continuer d’avoir une vie riche et intense tout en vivant avec cette maladie. Le fait de recevoir un diagnostic précoce, de rester informé et d’éviter la stigmatisation entourant la maladie constitue l’antidote le plus puissant face à la peur. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site https://ilivewithdementia.ca/accueil/ sur la plateforme de la Société Alzheimer du Canada qui vise à combattre la stigmatisation touchant les personnes atteintes de cette maladie.

Passez à l’action dès maintenant!

Utilisez les boutons ci-dessous pour commencer à militer et vous joindre au mouvement.